Salut, nous sommes Infino... Psstt.. notre service varie selon les régions. Choisissez votre région et vous recevrez un contenu personnalisé.

Tu habites où?

Vous pouvez toujours modifier votre choix par la suite.

Home chevron right Blog chevron right Éducation

« Mom shaming » et « dad blaming » : et si ça cessait ?

15 juillet 2021

Comment faire face au jugement des autres parents ?

« T’as vu ? Le pantalon de cet enfant est déchiré. Pauvre petit. »
« À ce qu’il paraît, sa fille a poussé un autre enfant. Quelle mal élevée ! »
« Elle amène toujours les enfants à vélo. Qu’il vente ou qu’il pleuve. »

Les grilles de l’école sont parfois le théâtre de violents regards de désapprobation. Mamans comme papas savent bien que ces cancans concernent leurs enfants. Cet article est sous le signe du respect et de l’estime pour tout ce que font les parents. Nous le crions haut et fort : nous sommes fiers de tous les parents.

Cela arrive aux meilleurs... 

Nous tentons tous de faire de notre mieux. Remplir le cartable de toutes sortes d’en-cas sains, garder les baskets blanches, débarrasser un nez qui coule d’une bulle de morve disgracieuse à temps... Nous nous coupons constamment en quatre pour nos petits anges. Et puis, la catastrophe se produit. Au milieu de toutes nos préoccupations, nous oublions la serviette dans le sac de sport ou l’ours en peluche pendant la semaine du doudou à l’école. Bon sang ! Comment est-ce possible ?

Quelle que soit la qualité de notre organisation en tant que parent, aucun d’entre nous n’arrive à être parfait à tous les niveaux. Et c’est compréhensible. Chacun travaille, s’occupe de ses enfants, anticipe, se charge des tâches ménagères, essaie de faire du sport, compte un cercle d’amis qui demande de temps en temps un acte de présence... Cela revient à jongler avec au moins 5 balles en même temps. Rien de plus logique que d’en laisser tomber une de temps en temps.  


Être l’exemple de votre enfant 

Que voulez-vous transmettre à vos enfants ? Le respect, une bonne santé et... l’estime de soi.  

Il n’y a donc rien de mal à indiquer à votre enfant que vous pouvez de temps en temps ne pas être infaillible. Nul n’est parfait. La norme n’est pas de ne pas pouvoir faire d’erreurs. C’est une mission vouée à l’échec. Et si nous expliquions à nos enfants qu’il est normal de se tromper, d’oublier quelque chose, de faire une erreur ? Oser grandir ensemble. Telle est la devise d’Infino. Par là, nous entendons également oser évoluer en tant que parent. Il n’est pas toujours possible d’atteindre l’idéal. Nous ferions mieux de faire passer ce message à nos enfants : en tant que parents, nous ne sommes pas parfaits et ils n’ont pas à l’être non plus. 

Ne soyez donc dans un premier temps pas trop dur avec vous-même. Votre enfant apprendra à mieux gérer les imperfections si vous montrez le bon exemple. N’essayez pas de sauver la situation coûte que coûte, mais trouvez une solution ensemble.

« Ah oui, maman a oublié ton doudou. C’est ennuyeux, hein ? Je vais voir avec ton institutrice si tu peux lui en emprunter un ? Comme ça, tu te feras un nouvel ami aujourd’hui ! » Lorsque votre front commence à perler, vous montrez à votre enfant que se tromper est quelque chose d’impardonnable. Nous ne voulons pas transmettre ce conditionnement à nos enfants. Alors... pas de stress.


Mom ou dad shaming 

Imaginons que vous soyez déjà parvenu(e) à ne pas vous mettre tant de pression sur les épaules, mais que les parents aux grilles de l’école cancanent sur une de vos petites erreurs. Ou que les instituteurs ou institutrices vous prodiguent leurs « conseils » pour élever votre enfant. Formuler des conseils ne pose pas de souci, mais pas au détriment de votre fierté de maman ou de papa.

Ici aussi, donnez le bon exemple. Ne dites pas : « Votre enfant ne tient pas en place. Lui proposez-vous assez d’activités ? » Mais dites : « Vous savez, votre enfant aime être actif. Puis-je vous suggérer quelques activités à partager le week-end ? » Vous sentez la différence, n’est-ce pas ? Après tout, on ne sait jamais ce qui se passe derrière les murs d’une autre maison.

Vous subissez une remarque blessante ? Sachez que cet autre parent fait aussi tout ce qui est humainement possible. Pensez à votre propre situation. Vous savez bien ce qui se passe en coulisses chez vous.


« T’as vu ? Le pantalon de cet enfant est déchiré. Pauvre petit. »
Je suis fier de mon fils qui a pu porter son pantalon préféré aujourd’hui pour aller à l’école. Cet accroc est un bon souvenir de la sortie à la plaine de jeux du week-end dernier.  

« À ce qu’il paraît, sa fille a frappé un petit garçon. Quelle mal élevée ! » 
Elle s’est défendue. Pas de la meilleure façon, mais les brimades ont cessé depuis. Nous en avons parlé, y compris avec l’institutrice.  

Notre conclusion 

Chaque parent fait ce qu’il peut. Soyez fier de vous et ne jugez pas ce qui se passe dans les autres familles. 


Partagez cette page avec votre communauté

Lire aussi