Salut, nous sommes Infino... Psstt.. notre service varie selon les régions. Choisissez votre région et vous recevrez un contenu personnalisé.

Tu habites où?

Vous pouvez toujours modifier votre choix par la suite.

Home chevron right Blog chevron right Éducation

L’impact considérable du harcèlement en ligne

18 mars 2022

Le cyberharcèlement n’a aucune limite. Il est souvent bien pire que l’intimidation physique. Le harcèlement poursuit votre enfant même lorsqu’il rentre chez lui. Et même si le harceleur lâche sa proie, les messages, photos ou vidéos postés sur Internet continuent de circuler en ligne. Le mal virtuel a été fait. Les conséquences sont bien plus lourdes que celles du harcèlement hors ligne. Les jeunes pensent, à tort, qu’envoyer des insultes par message privé est moins grave que diffuser une photo embarrassante. Vous constatez que votre enfant rencontre des problèmes en ligne ? Mais ce nouvel univers numérique ne vous est pas familier ? Infino fait le point sur les différentes formes de cyberharcèlement. 

Cyberharcèlement : spécificités

Le harcèlement en ligne se fait à distance. Conséquence : celui qui le commet n’est pas en mesure d’évaluer la détresse provoquée par son comportement. Sans compter qu’il reste anonyme. Cet anonymat ouvre la porte aux pires menaces. Le cyberharcèlement commence souvent en classe et repose sur les relations sociales mutuelles. Votre enfant est parfois victime d’intimidation « dans la vraie vie » ? Il est plus susceptible d’être une cible en ligne aussi. Et les harceleurs sont souvent les mêmes personnes. 

Cyberharcèlement : 6 formes

Il y a 6 formes de cyberharcèlement.

  1. Exclusion
  2. Une forme subtile de cyberharcèlement, mais aux conséquences majeures. Exemple : toute la classe fait partie d’un groupe WhatsApp, sauf votre enfant. Tous ses camarades partagent une vidéo ? Il ne peut pas en discuter. Votre enfant se sent exclu. Et il finit par s’isoler. 

  3. Diffamation
  4. Le langage utilisé par message ou sur les réseaux sociaux est plus vulgaire que le langage oral habituel. Les jeunes font des déclarations qu’ils n’oseraient jamais formuler à haute voix « dans la vraie vie ». Exemple : un camarade de classe commente une belle photo de vacances de votre enfant : « Comment oses-tu sortir avec cette sale tête ?! » Les paroles blessantes font très mal. 

  5. Destruction
  6. Les persécuteurs déchirent les devoirs de votre enfant ou trouent son nouveau manteau. Ils peuvent aussi lui nuire gravement en ligne : envoyer un virus sur son ordinateur portable ou pirater ses réseaux sociaux. 

  7. Usurpation d’identité
  8. Tout est possible en ligne. Les harceleurs peuvent créer un faux compte de votre enfant sur lequel ils publient une photo de profil ridicule, des messages vulgaires ou des informations totalement erronées. Une situation susceptible de préoccuper votre petit loup jour et nuit. 

  9. Diffusion de photos (retouchées)
  10. Snapchat permet d’envoyer des photos coquines en un clin d’œil. Si l’image n’est en ligne que pendant 10 secondes, c’est largement suffisant pour faire une capture d’écran et l’envoyer à toute la classe ou au groupe d’amis. Éditer une photo est, en outre, très simple. Il suffit de quelques minutes pour coller la tête de votre enfant sur le corps d’une star du porno en action. 

  11. Menaces
  12. Internet permet de menacer quelqu’un de manière anonyme. Vous pouvez, en effet, créer un faux profil en quelques clics. Et les harceleurs s’en donnent à cœur joie. Votre enfant reçoit un message du type : « Demain, après l’école, on te passera à tabac ! » ? Il n’en dormira pas la nuit. 

Vous avez l’impression que votre enfant scrute son smartphone avec obsession ? Ou qu’il réagit étrangement (angoisse, tristesse ou anxiété) lorsqu’il reçoit certains messages ? Ne paniquez pas trop vite. Mais prenez le temps d’en discuter. 

Please select a CTA Block in the configuration

Partagez cette page avec votre communauté

Lire aussi