Salut, nous sommes Infino... Psstt.. notre service varie selon les régions. Choisissez votre région et vous recevrez un contenu personnalisé.

Tu habites où?

Vous pouvez toujours modifier votre choix par la suite.

Home chevron right Blog chevron right Santé

Votre bébé pleure ; comment ne pas craquer ?

19 mars 2021

Conseils pour réconforter votre bébé et surtout vous-même

Avoir un bébé « difficile » est éprouvant, tant sur le plan émotionnel que physique. Ci-dessous, nous vous donnons une stratégie pour tenir le coup.

Lorsque votre bébé naît, vous espérez bien entendu que tout se passera bien. Vous voulez passer les premiers mois sur un petit nuage, vous désirez profiter et vous souhaitez que votre nouveau-né soit heureux et en bonne santé. Quand les choses ne vont pas dans ce sens, le choc peut être terrible. Bon nombre de raisons peuvent transformer les premiers mois de nombreux jeunes parents en un cauchemar plutôt qu’un doux rêve.

Un bébé qui réclame beaucoup d’attention, n’est pas facile à apaiser et pleure très fréquemment vous demandera davantage d’énergie. En tant que parent, vous faites d’ailleurs de votre mieux, donnez tout votre amour et remarquez que votre bébé n’est pas heureux. C’est particulièrement épuisant. Si vous ne prenez pas soin de vous-même et de votre résilience, vous risquez de sombrer vous-même.

Ci-dessous, nous vous expliquons une stratégie pour garder la tête hors de l’eau si vous avez un bébé « difficile ».

Excluez les raisons médicales

Un bébé peut pleurer ou se montrer difficile pour bien des raisons. Bébé a faim, bébé est fatigué, bébé est trop excité, le lange de bébé est sale... La seule façon de réagir pour ce petit être est de pleurer. Votre bébé et vous allez apprendre à vous connaître de mieux en mieux et vous n’avez normalement aucune raison de paniquer.

Procédez d’abord et surtout à un diagnostic personnel : un bébé ne devient « officiellement » un pleurnicheur que s’il pleure au moins 3 heures par jour pendant au moins 3 jours par semaine, et ce pendant au moins 3 semaines consécutives. 

Nous comprenons bien que vous ne vous sentiez pas nécessairement soulagé tout de suite : même si votre bébé n’est pas « officiellement » un pleurnicheur, cette situation peut être excessivement éreintante à gérer en tant que parent. Surtout quand il s’agit de votre premier enfant et que tout cela est nouveau, vous pouvez vous poser beaucoup de questions.

Il est important de consulter un médecin à temps. Peut-être que votre bébé pleure souvent pour une raison médicale, et dans ce cas, un bon suivi est bien évidemment nécessaire. Assurez-vous d’avoir un journal à portée de main. Notez quand votre bébé pleure et pour combien de temps. Votre médecin constatera peut-être un schéma que vous n’aviez pas encore remarqué.

Il se peut que votre bébé ne pleure pas de manière excessive, mais que vous y soyez très sensible. Cela peut également indiquer que vous souffrez d’un problème médical ou psychologique. Il n’y a pas de quoi avoir honte, consultez votre médecin à temps.

Sachez que le meilleur est à venir

En tant que jeune maman ou jeune papa, vous vivez généralement dans un cocon composé de votre bébé, le reste de votre famille et vous. Vous avez peut-être le sentiment d’être seul au monde et d’endosser toutes les responsabilités concernant votre enfant.

C’est évidemment en quelque sorte le cas : en tant que mère ou père, vous êtes irremplaçable.

Quiconque a des enfants sait que les premiers mois peuvent être épuisants. Les nuits incomplètes, les soins, l’adaptation à ce nouveau rôle... chaque parent passe par là.

Même si cette période semble durer des siècles, cela finira par passer. Le rythme de la vie de votre bébé va s’accélérer, vous trouverez un nouvel équilibre et évoluerez dans votre rôle de maman ou de papa.

Cherchez d’autres parents

Être en contact avec d’autres parents peut vous faire énormément de bien. Pour comprendre que vous n’êtes pas seul, pour voir comment un autre s’en sort, pour voir que d’autres vivent la même chose...

Cependant, où trouver d’autres jeunes parents proches de vous ? Vous êtes peut-être la première ou la seule personne de votre famille ou votre cercle d’amis à avoir un bébé. Peut-être est-il compliqué pour vous de trouver des personnes à qui parler de votre enfant ou des inquiétudes à son sujet dans votre entourage ?

Plusieurs lieux vous permettent de rencontrer d’autres jeunes parents :

  • La grossesse, l’accouchement et l’arrivée d’un enfant sont des évènements naturels. La sage-femme vous accompagne tout au long des ces différentes étapes.

    Vers le site web sage-femme.be >
  • Les lieux de rencontre enfants et parents accueillent des jeunes enfants (le plus fréquemment âgés de 0 à 3 ans) accompagnés de leurs parents, grands-parents ou d'une personne proche, dans un environnement de qualité.

    Vers le site web one.be >
  • Plusieurs communes organisent des cafés pour mamans. Vous y rencontrerez d’autres mamans qui recherchent des contacts avec d’autres personnes. Parfois, partager une simple tasse de café ou de thé avec une personne qui vit la même chose que vous fait du bien.  Demandez conseil aux autres mamans ou trouvez un groupe sur Google ou Facebook qui vous convient.

Ne soyez pas trop dur avec vous-même

Vous ressentez un grand changement dans votre vie, surtout s’il s’agit de votre premier bébé. Fini de vous rendre où vous voulez, quand vous voulez. Vous ne pourrez donner de l’amour et de l’attention à votre bébé seulement si vous vous sentez assez bien. Il est donc important de bien veiller à cela.

Il n’existe pas de panacée. Pour une maman ou un papa, prendre un bain relaxant sans être dérangé suffira pour « recharger les batteries » tandis qu’un ou une autre préfèrera dormir une nuit complète ou encore passer une soirée avec des amis.

Il est important que votre bébé soit en sécurité absolue à ce moment-là. Pour ce faire, vous devez prendre des dispositions.

Celles-ci peuvent par exemple être :

  • Convenir avec votre partenaire qu’il s’occupera de votre bébé
  • Confier votre chérubin quelques heures à votre famille
  • Engager une baby-sitter fiable
  • Si votre bébé va déjà chez un parent d’accueil, voir s’il a des disponibilités

Peut-être que votre situation offre d’autres options.

Faites en sorte que la personne qui s’occupera de votre petit bout en aura vraiment envie et est habituée à prendre en charge de jeunes enfants.


Ayez recours aux soins après accouchement

Il s’agit de soins postnatals spécifiques. Une aide familiale est une spécialiste qui vérifie non seulement comment va votre bébé, sa maman et le reste de votre famille, mais qui peut également effectuer des tâches ménagères légères. Vous et votre bébé pourrez ainsi vous détendre.

Presque toutes les mutuelles remboursent partiellement les soins après accouchement jusqu’à 3 mois après la naissance de votre bébé ou après le moment où il sort de l’hôpital (en cas de naissance prématurée ou multiple par exemple).

Confiez votre ménage à quelqu’un d’autre

Nombreux sont les jeunes parents ayant un bébé « difficile » qui constatent qu’ils ne sont plus en mesure d’assurer les tâches ménagères habituelles ou qui le font au détriment de leur propre repos.

Certaines tâches sont faciles à déléguer.

Par exemple,

  • Faire les courses : une personne de votre entourage peut éventuellement faire vos achats à votre place ? De plus en plus de supermarchés offrent la possibilité de passer votre commande et de venir la retirer ou même de la faire livrer à domicile.
  • Cuisiner : peut-être qu’un membre de votre famille peut (temporairement) préparer un bon repas chaud de temps à autre. Vous ne devez ainsi pas consacrer de temps ou d’énergie à cela. Même si ce n’est qu’une fois par semaine, cette opportunité peut représenter un soulagement pour vous.
  • Faire appel à une aide-ménagère rémunérée ou faire repasser votre linge : cette option est abordable et fiscalement intéressante grâce au système de titres-services. 

Conclusion

Les premières semaines et les premiers mois aux côtés du nouveau bébé sont compliqués pour tout jeune parent. Sachez que le meilleur est à venir, mais veillez à pouvoir souffler de temps en temps dans l’intervalle - avec ou sans votre bébé - et à recharger vos batteries.

Alors... profitez de ces moments avec votre bébé !

Partagez cette page avec votre communauté

Lire aussi

Inscrivez-vous à notre newsletter

Vous souhaitez être au courant des actualités en matière d'allocations, de parentalité ou de grossesse ? Grâce à notre newsletter, recevez, chaque mois, des informations utiles et pratiques pour vous et votre famille.