Infino logo

Bienvenue chez Infino. Les allocations familiales varient en fonction du lieu de résidence de votre enfant.

Choisissez votre région :

  • Bruxelles
  • Flandre
  • Wallonie
Vous pouvez toujours modifier votre choix par la suite.

Blog Éducation

Être un beau-parent, c’est plus qu’être un parent « supplémentaire »

Cet article de blog est une ode à tous les beaux-parents. Nous le crions haut et fort : nous sommes fiers de vous. Les beaux-parents étaient autrefois associés à une image plutôt sombre. Rien qu’à entendre le mot, vous êtes mal à l’aise, n’est-ce pas ? Nous avons tous vu Blanche-Neige. À ce qu’on dit, un beau-parent à la maison n’est pas de bon augure. Chez Infino, nous voulons corriger cette idée tronquée. Les beaux-parents, c’est le top !

Qu’est-ce qui rend les beaux-parents si fantastiques ?

1. Leur persévérance 

Pensez-vous qu’un nouveau parent est accueilli à bras ouverts par les enfants ? Non... Oubliez ça. Un beau-parent doit « faire ses preuves ». Pour réussir, ces parents doivent passer une batterie d’épreuves. Un peu comme les Hunger Games... Alors, peut-être pas tout à fait comme dans Hunger Games, mais vous voyez le concept😉

Pour gagner la confiance de l’enfant, le beau-parent doit à chaque fois escalader un mur d’obstacles. Nous comprenons bien évidemment totalement l’enfant. Le monde du petit galopin vient d’être déchiré en deux. Il est logique que les « grandes personnes » ne soient plus dignes de confiance. Et certainement pas ce personnage qui décide de venir vivre à la maison. Préparez-vous au coussin péteur, à la colle sur la chaise, au chewing-gum dans les cheveux... Courage !

2. Leur patience 

Outre la persévérance, la patience est un atout extrême pour un beau-parent. Eh oui ! Avez-vous déjà entendu parler d’une famille recomposée qui a formé une famille heureuse sans le moindre accroc ? Non, hein ! Logique, puisque cela n’existe pas. Toute famille nouvellement formée doit faire face à de nombreux défis. Et la patience est le seul salut. Tout finira bien par s’arranger. Tant que les relations sont empreintes de respect et de compréhension.

Ça ne fonctionne pas ? Organisez une journée pour les enfants et les parents à laquelle vous ne participez pas. Occupez-vous de tout organiser, mais faites un pas de côté quelque temps. Montrez-leur que vous ne voulez pas vous « imposer », mais que vous voulez rendre la famille heureuse. Parfois, il est nécessaire de reculer pour mieux sauter.  

3. Un coup de main supplémentaire 

Un beau-parent n’a pas reçu de manuel pour s’occuper des enfants. Il ou elle doit tout résoudre à l’instant. Pas facile, parce qu’avoir des enfants implique une multitude de tâches. Faire des tartines, chercher des vêtements, imaginer des activités, jouer à des jeux... 

« J’aime pas les croûtes ! »
« Tu as mis trop de beurre ! »
« Je n’ai aucun vêtement avec des paillettes ! »

Ah, zut ! Voilà ce qu’ils en font de vos bonnes intentions. Pouf !

Encore un peu de persévérance et vous connaîtrez les ficelles du métier, euh... de l’enfant. Chapeau pour vos nombreux essais !

Un beau-parent représente une aide supplémentaire. Un enfant ne s’en rend pas toujours compte immédiatement, mais ça vaut de l’or. Conseil aux parents : témoignez de la considération à votre partenaire qui s’ajoute à votre famille comme beau parent. Son altruisme mérite un bouquet de fleurs ou au moins un grand merci !

4. Des câlins supplémentaires 

Votre enfant traverse une période difficile ? Maman ou papa ne sont pas là ? Dans ce cas, les beaux-parents représentent d’excellentes épaules sur lesquelles pleurer. Ils sont sincèrement inquiets. Il y a de fortes chances que vous ne parveniez pas à tisser un lien du premier coup, mais cela ne signifie pas que votre offre sera oubliée. Un enfant n’oublie pas le nombre de fois où vous proposez vous-même un câlin, de l’affection et de l’amour 

Parfois, un déguisement peut aider. L’enfant ne veut pas de câlin de votre part, mais veut un câlin de Polly le Panda ? Nous ne faisons que soumettre l’idée. Vous pouvez avoir des conversations complètement différentes avec votre bel-enfant lorsque vous êtes dans la peau d’un autre personnage pendant un certain temps.

« Non, je ne suis pas ta belle-maman. Je suis Polly, le panda en peluche » 😊 

Bref, les beaux-parents sont des héros ! 
Merci pour tout ! 

Partagez cette page avec votre communauté

Lire aussi

Éducation

L’accueil dans des moments compliqués

Chaque jour, plus de 4000 familles en Flandre sont prêtes à accueillir des enfants ou des jeunes en difficulté. Des adultes ayant un handicap mental peuvent également compter sur l’engagement de ces familles.

Éducation

Plus grand nid

Plus grand le nid, plus grands les soucis? Lorsque vous partez pour l'hôpital à deux et que vous revenez à trois … c’est plus simple si tout est déjà prêt.