Salut, nous sommes Infino... Psstt.. notre service varie selon les régions. Choisissez votre région et vous recevrez un contenu personnalisé.

Tu habites où?

Vous pouvez toujours modifier votre choix par la suite.

Home chevron right Blog chevron right Grossesse

L'accouchement : entre opportunités et idées reçues

01 janvier 0001

Depuis plusieurs semaines, vous êtes enceinte et votre bébé est bien au chaud dans votre ventre. Vous avez dû vous demander comment allait se dérouler votre grossesse, comment évoluait ce bébé ou encore comment vivre pleinement ces moments rien qu’à deux. Mais maintenant, voilà venu le moment de se questionner sur l’accouchement. Ce ‘fameux’ moment où vous allez donner la vie. Comment se préparer à cet évènement ? Comment s’y retrouver entre toutes les informations qui circulent autour de vous à l’ère du numérique ? On vous aide à faire le tri ! 

Comment se préparer à l’accouchement ? 

Si vous attendez votre premier enfant, l’accouchement représente pour vous l’inconnu. Il s’agit d’un moment que vous avez peut-être idéalisé ou à l’inverse, que vous craignez. Dans tous les cas, vous aurez besoin de vous y préparer afin de savoir au mieux à quoi vous attendre. Dans cette aventure, votre interlocuteur de choix restera votre gynécologue et/ou votre sage-femme. Posez-leur toutes les questions qui vous passent par la tête, ne restez pas avec des interrogations qui pourraient vous angoisser le jour J. 

Vous pouvez également suivre des cours de préparations à l’accouchement. Ceux-ci peuvent être suivis avec un.e kiné, pour vous apprendre à connaître et comprendre votre corps, à vous donner des clés pour vous relaxer et à voir comment respirer et pousser le jour J. 

Si vous en ressentez le besoin et que vous êtes une férue de lecture, n’hésitez pas à consulter des livres sur le sujet. Vous pourrez ainsi en apprendre d’avantage mais également savoir toutes les possibilités qui s’offrent à vous pour préparer cet évènement au mieux et le vivre de la meilleure façon possible. 

Sachez que vous avez la préparation de l’accouchement pour savoir comment pousser, etc. Mais vous pouvez aussi avoir envie de vivre un accouchement moins classique. De ce fait, les recherches d’informations restent le meilleur moyen de vous donner une vue d’ensemble sur les différentes possibilités qui s’offrent à vous. 

Et votre prime de naissance dans tout ça ?

Vous n'avez pas encore demandé votre prime de naissance ? Infino peut faire le néssaire pour vous ! 

Demandez votre prime de naissance en ligne

Et si on choisissait une autre voie que l’accouchement « normal » ? 

Les différents types d’accouchement

  • À l’hôpital 
  • À la maison 
  • Dans une maison de naissance
  • Par voie naturelle
  • En position ‘standard’ : couchée et les pieds dans les étriers ou les mains sur les genoux pour ramener les jambes contre soi
  • Dans une autre position comme assise, accroupie, debout, sur le côté
  • Dans l’eau 

Saviez-vous que vous aviez autant de possibilités ? Parfois, certaines sont méconnues et pourtant, elles peuvent être également très intéressantes et enrichissantes. C’est pourquoi il est important de se renseigner si l’on ne souhaite pas choisir la voie classique de l’accouchement sur le dos à l’hôpital. 

Comment choisir ? 

Premier conseil, faites votre choix dans un premier temps en fonction de votre ressenti. On ne le dira jamais assez mais, écoutez votre corps et votre petite voix intérieure tout au long de votre grossesse.

Pour celles ayant déjà eu un enfant, il se peut que vous ayez envie de changer, de vivre une autre expérience pour la venue de ce nouvel enfant. 

Un autre élément qui rentre en ligne de compte : l’hôpital que vous avez choisi pour accoucher. Imaginons que vous avez décidé d’accoucher dans l’eau, il y a lieu de vérifier si celui choisi le propose. 

Il est également important de parler de votre choix avec votre gynécologue. En effet, pour certaines, il se peut que le choix ne soit pas possible. En cas de risque quelconque, vous devriez peut-être exclure un accouchement hors d’un hôpital, sans une surveillance médicale. Ou alors, parce que vous devrez (peut-être) accoucher par césarienne. 

La césarienne 

Il se peut que, malheureusement (ou pas !), on ne vous laisse pas le choix de la manière dont vous accoucherez. Tout d’abord, que votre gynécologue préconise la césarienne dès le départ, ou qu’elle soit décidée en cours de route, relativisez. Cette décision est prise pour votre bien à vous mais également pour le bien de votre.vos bébé.s !

Pourquoi préconiserait-on la césarienne ? 

Il peut y avoir plusieurs cas de figure entrainant la césarienne : 

La césarienne décidée à l’avance 
  • Bassin trop étroit pour le passage du bébé,
  • Lorsqu’un bébé se présente en siège (c’est-à-dire que votre bébé à la tête en haut et les fesses en bas),
  • Parfois en cas de grossesse gémellaire, 
  • Si vous avez déjà eu une césarienne pour une précédente grossesse (en fonction des situations),
  • Si la maman ou l’enfant présente une certaine pathologie.
La césarienne d'urgence

Il est également possible que votre accouchement débute par voie basse mais qu’en cours de route, votre gynécologue décide de passer en salle pour une césarienne. Ce genre de décision est généralement prise parce que le bébé est coincé et/ou qu’il est en détresse. Dans tous les cas, c’est dans l’intérêt de la vie de l’enfant et de la maman. 

Péridurale ou pas de péridurale ? 

Cette question, bon nombre de femmes se la sont posée, se la posent et se la poseront encore ! Certaines seront catégoriques et la voudrons dès que possible, sans discuter. D’autres se diront qu’elles n’en veulent pas et pourront, au vu de la douleur, se dire plus tard de la demander si la douleur devient intenable. 

Dans tous les cas, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise décision. Chacune est libre de décider si elle souhaite avoir la péridurale ou non. Pour être entièrement transparente avec vous, sachez que parfois, vous pouvez la demander et on pourrait vous répondre qu’il est trop tard pour vous la poser car votre bébé est sur le point de sortir. Autre cas de figure de possible, votre péridurale a été posée, elle vous a soulagée mais le travail a duré trop longtemps et, au moment de pousser, celle-ci ne fait plus effet. 

Bon à savoir 

Lorsque la péridurale est posée, le travail peut être ralenti. Du coup, il se peut que le moment avant l’accouchement soit retardé. C’est pourquoi il est important de choisir le moment où l’on pose la péridurale durant le travail. 

Une fois la péridurale posée, vous devrez rester allongée car vos jambes ne pourront plus vous porter. Idem pour les contractions, vous ne les sentirez peut-être plus assez et devrez écouter le médecin pour savoir quand pousser. 

Une femme n’étant pas l’autre et nos conseils ne remplaçants jamais ceux d’un professionnel, contactez votre gynécologue ou médecin pour avoir un avis prenant en compte votre situation personnelle et médicale.

Stop aux idées reçues 

Et si on faisait la peau aux idées préconçues au sujet de l’accouchement ? 

  • « L’accouchement, ça fait mal »

Alors, on ne va pas vous mentir, que ce soit avec les contractions ou lors du passage du bébé, vous allez sentir une douleur. Certaines arriveront à la gérer et d’autres non. C’est donc à voir en fonction de vous. Si vous optez pour la péridurale, vous ne devriez pas avoir mal. Si par contre, vous décidez de ne pas l’avoir, vous ressentirez la douleur.

  • « Si on a la péridurale, on ne vivra pas l’accouchement de la même façon que sans »

Alors, ici la réponse est nuancée. Oui, vous ne vivrez pas votre accouchement de la même façon car, si elle fait toujours effet au moment de l’accouchement, vous ne ressentirez pas la douleur. Mais si elle est dosée d’une certaine manière, vous pourrez ressentir lorsque vous aurez une contraction et vous pourrez également ressentir la sensation du passage de votre bébé dans votre bassin. 

  • « On a d’office une épisiotomie »

Il fût un temps où oui, l’épisiotomie était systématiquement pratiquée. Or, maintenant, ce geste est examiné au cas par cas. Le fait d’en avoir une ou non peut également dépendre d’un praticien à un autre. Le mieux, si ça peut vous rassurer, est d’en parler avec le vôtre avant votre accouchement. 

  • « En cas de césarienne, on aura une grosse cicatrice sur le ventre »

Ici aussi, cela pouvait être le cas il y a plusieurs années. À l’heure actuelle, la cicatrice est pratiquée sur le haut du pubis et ne mesure en général pas plus de 10cm. De ce fait, une fois que vous portez votre culotte ou votre bikini, celle-ci est généralement invisible. 

  • « Lorsque l’on attend des jumeaux, on a d’office une césarienne »

Et bien non ! Si vos bébés sont bien positionnés et qu’il n’y a pas de contre-indications, vous pouvez avoir vos bébés par voie basse. 

Et ensuite ? 

Vous avez rencontré votre bébé, appris à vous connaître et vous apprivoiser. Savez-vous quel est le montant d’allocations familiales auquel vous avez droit ? Visitez notre site web (lien) pour en savoir plus sur les allocations familiales de votre enfant. 

Partagez cette page avec votre communauté

Lire aussi

Inscrivez-vous à notre newsletter

Vous souhaitez être au courant des actualités en matière d'allocations, de parentalité ou de grossesse ? Grâce à notre newsletter, recevez, chaque mois, des informations utiles et pratiques pour vous et votre famille.