Salut, nous sommes Infino... Psstt.. notre service varie selon les régions. Choisissez votre région et vous recevrez un contenu personnalisé.

Tu habites où?

Vous pouvez toujours modifier votre choix par la suite.

Home chevron right Blog chevron right Grossesse

Post-partum ; un enfant n’apporte pas que du bonheur

15 janvier 2021

Vous ne voyez pas la vie en rose après la naissance ? Ne pensez pas tout de suite au pire.

Une grossesse, l’arrivée d’un nouveau bébé, les premiers mois à ses côtés... Tout cela est souvent dépeint comme une période magique. Dans les publicités, ces premières semaines ne semblent être qu’amour et bons moments, mais quid si ce n’est pas le cas pour vous ? Que faire si vous n’êtes pas heureuse ? Voici quelques solutions concrètes.

Est-ce le « baby blues » ?

Tomber enceinte, vivre votre grossesse, accoucher, apprendre à connaître votre enfant et le nourrir, retrouver votre équilibre... C’est une conjonction d’hormones. En neuf mois, votre corps est secoué de long en large. Tout ce que vous ressentez peut soudainement être tout à fait différent.

Vous avez déjà tourné la page de votre grossesse ?

Pour ne pas être trop dure avec vous-même, commencez par un peu de reconnaissance. Vous souvenez-vous de ce que votre corps a supporté pendant ces 9 mois ? Cette série d’articles de blog peut peut-être vous aider à d’abord être fière de votre superbe prestation.

Plus d’informations sur la grossesse

Les mêmes hormones qui déclenchaient des crises de fatigue et des « envies » pendant votre grossesse sont responsables du sentiment de tristesse qui vous envahit après l’accouchement.

Le « baby blues », une période où vous vous mettez soudainement à pleurer sans raison apparente, est généralement supposé se produire entre le troisième et le cinquième jour après ce dénouement. Certaines femmes en souffrent tandis que d’autres ne le remarquent même pas. Ne pensez toutefois pas que le rôle de vos hormones est terminé.

Après la tempête d’hormones de l’accouchement, votre corps a besoin de temps pour retrouver son équilibre, que vous soyez tombée enceinte de manière naturelle ou grâce à une assistance médicale. On dit généralement qu’il faut 9 mois pour faire un enfant, et tout autant pour « s’en remettre ». Les changements physiques de votre corps ne correspondent plus non plus à l’image que vous avez de vous-même. Certaines femmes ont du mal à l’accepter, ce qui les rend tristes.

La naissance d’un enfant s’accompagne en outre de changements émotionnels et sociaux. Vous pouvez être submergée par l’amour, mais également par l’anxiété. Suis-je une bonne mère ? Vais-je trop le ou la gâter ? Ou au contraire, ne pas lui accorder suffisamment d’attention ? Qui plus est, vous jouez un nouveau rôle dans votre environnement. Tout à coup, tout tourne autour de ce petit être et cela peut être difficile d’organiser votre vie autour de lui. Si, avant votre accouchement, vous aviez une vie professionnelle chargée, passer plusieurs semaines ou mois seule avec un bébé à la maison peut paraître bizarre. Tout en n’ayant pas le temps pour des choses aussi basiques que manger, prendre votre temps aux toilettes ou vous doucher...

Vous reconnaissez ce besoin de prendre soin de vous ?

Dans cet article de blog, nous vous expliquons comment libérer du temps pour vous-même, sans avoir le sentiment de rejeter votre bébé. Que du contraire, car prendre soin de vous est le plus beau cadeau que vous puissiez faire à votre enfant.

M’aider à prendre soin de moi après la grossesse

Durant les mois qui suivent la naissance de votre chérubin, rien de plus normal que de passer par des moments de dépression. Cela peut même durer une année, de surcroît si l’enfant a du mal à dormir ou manger, voire est très sensible. Découvrez d’autres conseils pour vous faciliter la vie pendant cette période.

S’agit-il d’une dépression post-partum ?

Peut-être que vous ne traversez pas juste « un moment » de tristesse, mais que vous vous sentez déprimée depuis des semaines ou des mois ? Vous avez souvent des crises de larmes, vous dormez mal, vous êtes exaspérée et vous vous mettez à jurer ou faire des reproches pour pas grand-chose ? Votre bébé ne vous apporte aucun plaisir et vous souhaitez secrètement qu’il/elle n’ait jamais existé ?

Sachez que tous ces signes peuvent être les symptômes d’une dépression post-partum, aussi appelée dépression périnatale. Environ 1 femme sur 10 en souffre. Il n’y a pas de quoi avoir honte, mais votre entourage et vous devez demander de l’aide. À l’heure actuelle, différentes manières de vous faire assister existent.

Faire appel à un coup de pouce extérieur n’a rien d’infamant. Votre médecin généraliste est par exemple votre personne de confiance. Actuellement, le monde médical est très vigilant concernant la dépression chez les jeunes mamans. Les possibilités médicales se sont également développées. Généralement, être rapidement présent permet d’éviter que vous broyiez encore plus de noir et que votre bébé ou vous soyez en danger.

Si vous avez donc le sentiment que tout vous échappe et que vous passez par de longues périodes de tristesse, prenez immédiatement rendez-vous chez votre généraliste. Vous pouvez également consulter si vous ne vous sentez triste « que » de temps en temps, mais souhaitez éviter que la situation n’empire.

Vous trouverez ci-après quelques conseils supplémentaires pour vous aider à vivre les premiers mois avec votre nouveau-né, même si tout n’est pas toujours facile.

Un conseil : occupez-vous de votre bébé.

Une des choses les plus envahissantes une fois l’accouchement passé est de prendre soin de son enfant. Vous avez l’impression que vous n’avez guère le temps de faire autre chose que nourrir votre bambin, lui donner le bain et le mettre au lit. Cela peut s’avérer très épuisant, surtout si vous aviez un petit côté maniaque avant la naissance.

Les premières semaines et les premiers mois sont très importants pour votre bébé, qui profitera bien plus de votre proximité physique que d’une vaisselle étincelante ! Ne faites donc pas attention au bazar. Vous trouverez plus bas dans cet article quelques conseils sur la façon de gérer ces tâches ménagères.

De quoi votre bébé a-t-il vraiment besoin ?

Vous avez reçu une infinité de conseils bien intentionnés sur tout ce dont votre enfant avait besoin ? Dans cet article de blog, nous vous proposons un résumé des options les plus économiques.

Des astuces pour une bonne garde-robe de bébé

Prendre soin de votre nouveau-né reste toujours le plus important, mais vous ne devez pas tout assumer. Même si vous allaitez, vous pouvez confier certaines tâches à votre conjoint, comme le bain ou le changement de couches. Votre conjoint peut parfaitement s’occuper des câlins et de mettre bébé au lit !

Si vous ne pouvez pas compter sur elle/lui pour une partie des soins, n’hésitez pas à faire appel à une aide extérieure. Des personnes de votre famille, des voisins, des amis... ne peuvent-ils pas s’occuper de votre petit ange pendant quelques heures de temps en temps ? Vous avez sûrement déjà entendu le proverbe qui dit qu’« il faut tout un village pour élever un enfant ». Votre « village » sera honoré de pouvoir prendre votre relève dans la vie de votre petit bout.

Une autre option est de faire appel à des soins postnataux. Vous pouvez également recourir à cette solution en plus de l’aide de votre entourage. Une sage-femme formée spécifiquement viendra chez vous pour vous délester de quelques tâches. Elle s’occupera aussi bien de petites tâches ménagères que de votre bébé. Elle constituera une précieuse aide au moment où vous vous sentirez dépassée. Il est conseillé de demander la venue d’une sage-femme bien avant l’accouchement. Néanmoins, une solution sera trouvée en cas d’urgence. Notre partenaire Ferm jouit d’une excellente réputation et ne travaille qu’avec des sages-femmes formées spécifiquement.

Un conseil : prenez soin de vous

Vous pouvez être effrayée par le peu de temps qu’il vous reste pour vous, principalement lors d’une première naissance. Quelle désillusion de constater que vous n’avez plus le temps de vous doucher, surtout si avant la naissance, vous aimiez prendre le temps de lire, aviez une vie sociale trépidante ou faisiez mille choses en une seule journée.

Pourtant, prendre soin de vous est la seconde tâche principale qui vous incombe après l’arrivée de votre chérubin. Si, en tant que mère, vous parvenez à le faire, vous vous occuperez plus facilement de votre bébé.

Il suffit parfois de petites choses. Pouvoir dormir un peu plus longtemps, se plonger dans un bain chaud, prendre le temps de savourer un repas sain et même pouvoir aller aux toilettes « à son aise » peut ressembler à un luxe. Demandez de l’aide à votre entourage pour éventuellement effectuer quelques petites tâches.

Votre conjoint, votre famille, vos voisins, vos amis... ils peuvent tous vous apporter un coup de pouce en s’occupant de votre bébé et en vous laissant ainsi du temps pour vous. La sage-femme y veillera également.

Prendre soin de vous implique aussi que vous deviez parfois faire des efforts. Il fait beau ? Allez vous promener avec votre bébé, de préférence dans un espace vert comme un parc, un bois ou des champs. Une balade, l’air frais et les rayons du soleil vous feront du bien à tous les deux.

Optez pour des aliments nourrissants et appétissants ou demandez à quelqu’un de faire vos courses. Les fruits, les noix, les produits laitiers, les légumes crus... constituent tous de bons en-cas sains. Achetez des légumes prédécoupés qui vous permettent de faire une soupe rapidement plutôt qu’autre paquet de biscuits.

Hydratez-vous en suffisance. Un mythe dit que vous devez boire énormément si vous allaitez, mais boire quand vous avez soif reste la meilleure norme. Ayez toujours une bouteille d’eau à portée de main de sorte que vous puissiez étancher votre soif naturelle.

Dormir quand votre bébé fait sa sieste vous aide à mieux digérer les nuits incomplètes. Pourquoi ne vous glisseriez-vous pas avec votre bébé dans le lit pendant la journée ? Ce sera un moment agréable et quelques heures de repos.

Conseil : s’occuper d’autres enfants

Si vous avez déjà d’autres enfants, votre vie n’en sera que plus chargée avec l’arrivée d’un nouveau-né. Il est souvent plus compliqué de vivre totalement au rythme de bébé, surtout si les autres enfants sont encore en bas âge.

Toutefois, quelques arrangements pratiques peuvent vous permettre d’avoir une vision claire et d’être plus tranquille. Votre conjoint peut ainsi s’occuper des autres enfants à votre place. Les grands-parents, les amis... peuvent aussi consacrer suffisamment d’attention aux autres enfants de la famille. Peut-être peuvent-ils même déloger de temps en temps ?

Vous pouvez également recourir à l’accueil post- ou extrascolaire, même si vous gardez généralement vos enfants à la maison après l’école ou pendant les vacances. Ils y bénéficieront d’une plus grande attention pour leurs devoirs et pourront jouer pleinement sans devoir être calmes pour ne pas perturber le bébé, ce qui vous facilitera la vie.

Conseil : s’occuper des tâches ménagères

Vous souhaitez bien entendu que votre maison soit bien rangée. Que la vaisselle et le repassage soient faits. Que votre maison soit nettoyée. Accomplir tout cela tout en accueillant un nouveau-né relève de l’exploit, et si vous êtes déprimée, vous n’êtes souvent pas en mesure de produire l’énergie nécessaire à toutes ces tâches.

Il est parfaitement sensé de confier le ménage à une personne extérieure de sorte que vous puissiez prendre le temps nécessaire pour retrouver votre équilibre.

Votre conjoint, votre famille et vos amis peuvent être d’une grande aide. Apporter un bon repas à la famille de l’enfant est par exemple une excellente initiative pour changer des vêtements pour bébé ou des chèques-cadeaux inutiles. Un bon plat sain à repasser au four ou une potée qu’il suffit de réchauffer : une personne qui cuisine (bien) à votre place non seulement après la naissance, mais aussi quelques mois plus tard, représente une aide précieuse.

En faisant appel à une aide-ménagère extérieure, vous optez pour la continuité. Ranger, nettoyer, repasser, plier le linge... Voici des tâches qu’une aide-ménagère peut effectuer rapidement et avec professionnalisme.

Conseil : gérer (et limiter) les visites

Aujourd’hui, plutôt que d’accueillir les visites à la maison, les nouveaux parents choisissent souvent d’organiser une fête de naissance ou d’offrir un verre pour la célébrer. Il est toutefois possible que certaines personnes viennent frapper à votre porte.

Ce qui est la dernière chose dont vous avez besoin quand vous êtes déprimée. Recevoir du monde demande une quantité importante d’énergie.

Vous souhaitez néanmoins accueillir des visites ? Arrangez-vous pour que celles-ci aient lieu quand d’autres personnes, comme votre conjoint, la famille, des amis... qui peuvent vous aider, sont également présentes. Indiquez au préalable que vous souhaitez que les visites ne s’éternisent pas. Demandez qu’on vous prépare un bon repas (voir ci-dessous) afin que la visite vous soit aussi vraiment utile.

La pandémie de coronavirus influençait et influence évidemment fortement la façon dont les visites postnatales se déroulent. Espérons qu’à l’heure de lire ces lignes, vous puissiez tout doucement commencer à envisager d’organiser une fête de naissance ou d’offrir un verre pour la célébrer. N’éprouvez toutefois pas de culpabilité si vous devez encore repousser un peu la visite. Dans les maternités, parents et soignants estiment que l’absence de visites représente justement un soulagement.

Conseil de pro : cherchez de l’aide assez tôt

Les conseils ci-dessus peuvent aider chaque jeune maman à retrouver son équilibre durant la période suivant l’accouchement. Cela demande vraiment beaucoup de temps, ne soyez pas pressée. Il est cependant possible que vous continuiez à vous sentir déprimée.

Dans ce cas, n’hésitez pas à consulter votre médecin généraliste. Dans certains cas, il est recommandé de prendre des médicaments. Quoi qu’il en soit, les connaissances relatives à la dépression post-partum ont énormément évolué et votre médecin généraliste y consacrera certainement l’attention nécessaire.

Dans des cas extrêmes, une hospitalisation à court ou long terme peut être une solution. Des sections spécifiques mères-enfants existent et permettent à chacun de se rétablir.

Conseil de pro : ne soyez pas trop dure avec vous-même

Avoir un enfant englobe un tas de prestations. Il est logique que votre corps et votre esprit y réagissent. Les hormones présentes pendant 9 mois dans votre corps ne disparaissent pas du jour au lendemain.

Vous sentir triste ou même déprimée de temps en temps est tout à fait normal. Votre vie est changée à jamais. Les conseils énoncés ci-dessus peuvent vous aider à retrouver un certain équilibre.

Si vous continuez à traverser de longues périodes de tristesse, consultez immédiatement votre médecin généraliste et faites-vous aider. Il n’y a pas à rougir de souffrir d’une dépression post-partum, laquelle peut être soignée grâce à différentes méthodes de traitement. Prenez suffisamment de temps pour vous.

Partagez cette page avec votre communauté

Lire aussi

Inscrivez-vous à notre newsletter

Vous souhaitez être au courant des actualités en matière d'allocations, de parentalité ou de grossesse ? Grâce à notre newsletter, recevez, chaque mois, des informations utiles et pratiques pour vous et votre famille.